En
En

Immigrer en se lançant en affaires: l’histoire d’un jeune entrepreneur

Immigrer en se lançant en affaires : l’histoire d’un jeune entrepreneur.

Planifier un projet d’immigration tout en en gérant une entreprise peut s’avérer un exercice difficile. Les entrepreneurs se voient contraints de développer le marché local tout en naviguant parmi une panoplie de programmes d’immigration d’affaires tout aussi complexes les uns que les autres. Heureusement, l’équipe d’AURAY Capital accompagne les investisseurs et les entrepreneurs dans leurs projets d’immigration depuis plus de 25 ans.

Jiayuan Wang est un de ces immigrants entrepreneurs. Il est le cofondateur de Cookiestruct, une entreprise montréalaise d’emporte-pièces personnalisés imprimés en 3D. Après avoir quitté son pays d’origine à l’adolescence, il a brièvement étudié aux États-Unis avant de s’inscrire à l’université McGill, en génie mécanique. Grâce au soutien de l’incubateur de son université, Jiayuan a pu lancer son entreprise en 2019, un projet qui marie intelligence artificielle, impression 3D et de délicieux biscuits.

Cherchant à s’établir de façon permanente à Montréal, Jiayuan s’est tourné vers AURAY Capital pour obtenir des conseils sur sa demande dans le cadre du Programme des entrepreneurs du Québec. Il détient maintenant un CSQ et travaille d’arrache-pied à la croissance de son entreprise tout en terminant ses études. Voici son histoire.

 

[AURAY] Vous êtes originaire de Chine et avez vécu aux États-Unis pendant quelques années. Qu’est-ce qui vous a amené à choisir le Canada pour vos études universitaires ?

[Jiayuan] J’ai commencé à considérer le Canada à la suite d’une rencontre avec une élève Nouveau-Brunswickoise qui allait à mon école secondaire. Elle savait que j’aspirais à devenir médecin et m’a dit que McGill était reconnue mondialement pour sa faculté de médecine. J’ai visité McGill en septembre 2016 et j’ai décidé de postuler deux jours après l’ouverture des candidatures. Grâce à ses frais de scolarité abordables par rapport à ses homologues américains et à la diversité culturelle de Montréal, McGill était mon premier choix d’université. J’ai reçu ma lettre d’acceptation en décembre 2016 et j’étais ravi. Avec l’investiture imminente de Donald Trump, j’ai pensé que ce serait le moment idéal pour explorer la vie au Canada. Et bien sûr, Montréal ne m’a pas déçu.

[AURAY] Vous avez démarré votre première entreprise pendant vos études en génie à McGill. Pouvez-vous nous dire comment tout a commencé et où vous en êtes aujourd’hui ?

[Jiayuan] L’idée m’est venue alors que je préparais des biscuits avec ma famille d’accueil aux États-Unis lorsque je suis retourné en visite pour Noël en 2018. La famille préparait des biscuits, mais aucun des enfants ne semblait intéressé par cette activité. Je pensais que cette activité serait plus amusante, et un moyen parfait de rapprocher les familles, si les emporte-pièces étaient plus intéressants. C’est alors que j’ai pensé à combiner la technologie de l’impression 3D avec des aliments. L’impression 3D permet de construire rapidement des prototypes de produits que vous concevez. C’est l’outil de personnalisation à faible coût par excellence. J’avais toujours cette idée en tête alors que je visitais TechFair, un salon de l’emploi organisé par McGill Engineering. Au salon, j’ai eu l’occasion de parler à Katya Marc, directrice associée de McGill Engine, le centre d’entrepreneuriat de la Faculté de génie de McGill. Katya m’a informé des diverses ressources offertes par Engine et m’a encouragé à postuler au programme TechAccel, un programme où McGill aide les entrepreneurs à construire un produit minimum viable à partir de leur idée.

[AURAY] Quand avez-vous décidé que vous vouliez rester à Montréal de façon permanente ?

[Jiayuan] Après ma première année d’université. Durant cette année, j’ai vécu dans trois quartiers différents de Montréal et j’étais certain que c’était un endroit où j’aimerais habiter.

[AURAY] Comment avez-vous entendu parler du Programme des entrepreneurs du Québec ?

[Jiayuan] Je parcourais le site Web de MIDI (maintenant MIFI) et j’ai découvert le programme. Après avoir examiné les critères, j’ai pensé que cela correspondait très bien à ma situation et que je devrais essayer de déposer une demande.

[AURAY] Comment est-ce qu’AURAY Capital vous a accompagné tout au long du processus de candidature et qu’avez-vous aimé du service que vous avez reçu ?

[Jiayuan] Le personnel d’AURAY Capital était là pour répondre à toutes mes questions à chaque étape du processus. Ils ont pu répondre à toutes mes préoccupations tout en m’aidant à trouver les informations dont j’avais besoin. Tous les documents ont été méticuleusement préparés, ce qui a permis d’alléger la charge de travail du MIFI et d’assurer que ma demande soit traitée le plus rapidement possible.

[AURAY] Quelle est la prochaine étape pour vous et Cookiestruct ?

[Jiayuan] Avec notre bureau situé au centre-ville de Montréal, nous espérons continuer à servir les familles et les communautés partout au Canada. Grâce à la technologie, nous aspirons à devenir le guichet unique pour les besoins de tous les Canadiens en matière de pâtisserie.

 

Ces propos ont été recueillis par Maxime Paradiso, directeur de comptes chez AURAY Capital. Voir son profil sur LinkedIn.

Êtes-vous un entrepreneur ou un investisseur qui souhaite venir au Canada? Découvrez comment AURAY Capital peut vous aider à trouver le meilleur programme d’immigration d’affaires ou d’immigration par investissement pour atteindre votre objectif.